Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2021

[ ÉBAUCHE ]

    •    L'ébauche est soit, en charpenterie, le dégrossissement du bois pour en faire une poutre, un balcon (du francique balk, "poutre"), soit l'extrait de mortier (cf. l'irlandais balc, "mélange boueux"). Elle est dans le bâtiment la préparation encore grossière d'un ouvrage. Par suite, elle est en peinture et sculpture la disposition préparatoire des masses ; et, dans un sens plus figuré en littérature et musique, elle est la mise en place des grandes lignes d'une oeuvre avec quelques fragments rédigés de manière encore provisoire (ceci la distinguant du simple plan).
    •    Elle est ambiguë. D'un côté, elle n'est qu'une esquisse approximative de l'oeuvre, prime essai d'organisation du matériau, sans valeur tel quel. D'où l'acception péjorative d'oeuvre informe qui n'a pas encore atteint son achèvement. De l'autre, elle est le temps du choix créatif qui, par un geste spontané ou médité, par l'ébauchoir, mène l'oeuvre de la velléité à la présence (cf E.Souriau, correspondance des arts, IV, XII) en marquant la matière d'une fin spirituelle transformant la nature en art. D'où une beauté imprévue, tels les Esclaves de Michel-Ange.
    •    Par là elle pose la question d'une herméneutique de l'origine matérielle, spirituelle de la création ; ainsi, selon Heidsick, "l'ébauche mentale (…) l'ébauche incessamment continuée (…) montrent très clairement comment l'oeuvre à venir détermine l'esquisse qui en est le chemin" (L'inspiration, III, 5).

---> CANEVAS, DÉGROSSIR, DESSIN, ESQUISSE.

Publié dans Livre | Tags : étienne souriau, vocabulaire d'esthétique | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Écrire un commentaire